Pour ne pas fermer à nouveau, Macron rend la vaccination obligatoire !

Dans la soirée, M. Macron s’est adressé à la France et a annoncé la mise en place d’un laissez-passer sanitaire obligatoire pour accéder aux bars et aux restaurants, tandis que les tests Covid, aujourd’hui gratuits, deviendront payants à partir de la fin de l’été. La situation est politiquement délicate car “les restaurants et les bars fermés pendant 6 à 8 mois ont commencé à peser sur la psychologie du Français moyen, provoquant les premières tensions, y compris dans les sondages”. Et Macron, incapable de fermer face à l’augmentation des infections de la variante Delta, a pris la voie de rendre la vaccination obligatoire de facto.

Les contagions augmentent et Macron passe à la télé. Y a-t-il un problème politique ?

Il y a un changement de stratégie mais pas de vision. En France les tests Covid sont toujours gratuits. Vous pouvez en faire pratiquement autant que vous le souhaitez. Ainsi, jusqu’à présent, ceux qui voulaient reprendre une vie normale, se réunir, aller au musée ou à un concert, devaient être vaccinés ou avoir un test négatif.

Les sceptiques des vaccins avaient juste besoin d’un test 48 heures avant et pouvaient encore tout faire. Macron a donc annoncé que les tests Pcr seront payants à partir de la fin de l’été, ce qui est peut-être la nouvelle la plus sensible. L’objectif est d’inciter à la vaccination plutôt qu’au dépistage, qui ne sera gratuit que sur ordonnance du médecin.

Et comment ces mesures sont elles reçues par les Français ?

En fait, ceux qui ne se font pas vacciner restent otages de l’impossibilité de faire presque tout. Macron a eu le bon sens d’indiquer la voie à suivre et de laisser le temps de s’habituer aux nouvelles mesures, qui font pression pour aller vers une obligation vaccinale de facto. Pas du jour au lendemain, mais en laissant le temps de s’habituer à l’idée. Il y a des étapes.

Macron : “Passeport santé pour les restaurants, les cafés et les transports publics”/”Covid-19 est de retour”.

Lesquelles ?

À partir du 21 juillet, le laissez-passer sanitaire est obligatoire pour les lieux de culture et les rassemblements, même s’ils ne comptent que 50 personnes. À partir du mois d’août, le laissez-passer sera également requis pour entrer dans les centres commerciaux, les hôpitaux, les restaurants, les avions, les bus longue distance, etc. Et puis la vaccination sera obligatoire pour les agents de santé à partir du 15 septembre : ceux qui refuseront, ne verront pas leur salaire.

Seuls 61,3 % des opérateurs des maisons de retraite sont vaccinés et 81 % des agents de santé. Solution drastique, alors.

“Nous sommes au début d’une nouvelle vague, nous craignons un impact imminent sur les hôpitaux en raison de l’absence d’un niveau suffisant de vaccinations”, a déclaré le ministre de la Santé Olivier Veran. Comment expliquez-vous ce retard français sur la campagne de vaccination ?

De manière générale, la méfiance qui a suivi l’affaire AstraZeneca a également posé des problèmes en France. Certes, d’autres vaccins tels que Pfizer et Moderna sont également utilisés, mais le changement de position de l’Agence européenne des médicaments, qui dans un premier temps avait laissé aux différents pays la liberté de cibler un groupe plutôt qu’un autre dans l’utilisation de la préparation Oxford, a créé quelques cahots dans le calendrier d’inoculation.

Les autorités peuvent-elles maintenant procéder à la campagne de vaccination sans heurts ?

36 millions de Français ont reçu au moins une dose, 27,5 millions ont terminé le cycle. Il en reste encore quelques-uns pour le plan français. Dans la première phase, un travail de mise en confiance a été effectué, avec des résultats médiocres. Aujourd’hui le gouvernement explique que plus on vaccine, plus on peut revenir à la vie ante Covid, alors que le Covid est là. Macron ne le nie pas : ” Une forte résurgence de l’épidémie touche l’ensemble du territoire “, a-t-il déclaré hier. Je pense que les mots du président doivent être lus dans une clé d’incitation à la vaccination.

Aussi parce que la variante Delta est effectivement extrêmement contagieuse, mais moins hospitalière que les variantes précédentes. Est-ce que c’est la même chose en France, qu’en Italie ?

La situation est fondamentalement similaire, bien qu’il y ait plus de cas qu’en Italie liés à la variante Delta, également en raison de la proximité avec le Royaume-Uni. Les échanges, tant par voie aérienne que par voie maritime, ont repris presque à pleine capacité par rapport au lockdown. Il est naturel que l’intensification du commerce entraîne une augmentation du nombre d’infections. La variante Delta a multiplié les cas partout. Macron a cité le Japon et les Jeux olympiques sans audience. Mais il a rapidement déclaré : “Nous avons le vaccin. Tous ceux qui sont disponibles en France se défendent également contre la variante Delta. Plus nous vaccinerons, plus nous éviterons les hospitalisations et les autres variantes du virus.”

La ligne est la même, rouvrir le plus possible et convaincre la population que “l’art de vivre à la française”…